leçon n° 
41

Le 't' euphonique

Est un « t » ajouté pour des raisons acoustiques.

  • Il peut le faire... Peut-il le faire : normal.
  • Il va le faire... Va-t-il le faire : on ajoute un « t » dit euphonique pour des raisons de prononciation

Pour ce qui est de l’orthographe : un trait d’union de part et d’autre, pas d’apostrophe.

va’t-il : FAUX
va-t’il : FAUX
vat-il : FAUX
va t-il : FAUX
va-t il : FAUX
va t il : FAUX
va-t-il : CORRECT
leçon n° 
42

Le trait d'union n'est pas facultatif

On a trop souvent tendance à le laisser tomber en se disant « Bah, ce n’est pas vraiment une faute. »

Ben si, c’est une faute, une vraie !

1. Quand on inverse sujet et verbe, il faut un trait d’union.

  • On peut → Peut-on ?
  • Il veut → Veut-il ?
  • Il est → Est-il ?
  • C’est → Est-ce ?
  • Elles chantent → Chantent-elles ?
  • Ils pleurent → Pleurent-ils ?

2. Comme on l’a vu dans la leçon précédente, en cas d’insertion d’un « t » euphonique, on insère un trait d’union de part et d’autre

  • Où va-t-il ?
  • Pourquoi crie-t-elle ?
  • Depuis quand pleure-t-il ?
  • Réessaye-t-on ?

3. Quand on inverse verbe et COD pronominalisé.

  • Donne-le-moi
  • Explique-le-lui
  • Prends-la
  • Fais-le

4. Quand on inverse verbe et COI pronominalisé

  • Donne-moi l’heure
  • Fais-lui plaisir
  • Dis-lui la vérité
  • Parle-lui-en (qu’on ne prononce pas « parle-lui zen »)

COD / COI : voir leçon 35
leçon n° 
43

les homophones

Ca n’a rien à voir avec la crainte ou la haine des homosexuels !
Ce sont des mots de sens différents qui se prononcent de la même façon.

poil (n.m.) : un poil dans la main, un poil de barbe
poêle (n.m.) : le poêle à charbon, à bois : pour se chauffer
poêle (n.f.) : la poêle à frire, la poêle à crêpes.

Quelquefois : parfois, de temps en temps → Quelquefois, il pète un plomb !
Quelques fois : un certain nombre de fois → Je suis allé quelques fois au cinéma.
leçon n° 
44

tort / tord

Puisqu’on parlait à l’instant des homophones, en voici un autre.
Je n’ai que trop souvent vu sur ce forum « avoir tord »... Argh !

  • Tort : inverse de raison. Avoir tort = se tromper
  • Tord : du verbe tordre
Je tords
Tu tords
Il tord (pas de « t » !)
Nous tordons
Vous tordez
Ils tordent
leçon n° 
45

Qu'en / quand / quant

  • Qu’en = la contraction de « que en » :
Il ne roule qu’en voiture.
Il ne travaille qu’en été...
  • Quand = lorsque :
Quand tu auras fini, fais-moi signe.
Quand on n’a que l’amour...
  • Quant = une locution, suivie de « à », « au » ou « aux ».
Quant à vous cher ami, nous allons avoir une petite discussion.
Quant aux fautes d’orthographe, sachez que...
leçon n° 
46

Temps / tant / t'en / tend / tends / taon

  • Temps = la durée (heure, minute, seconde) ou le climat (beau temps...)
Je n’ai pas le temps, je dois partir.
Quel temps fait-il en France aujourd’hui ?
  • Tant = autant, tellement
J’ai tant de travail que je partirai plus tard ce soir.
Je n’ai jamais vu tant de fautes que dans ce livre.
  • T’en = contraction de « te en »
T’en a-t-il parlé ?
T’en souviens-tu ?
Ne t’en fais pas.
  • Tend = tendre, 3ème personne du singulier, indicatif présent.
Il tend l’oreille.
  • Tends = tendre, 1ère et 2ème personnes du singulier, indicatif présent.
Je tends les bras
Tu tends le doigt
  • Tends = également tendre, impératif
Tends l’oreille et tu entendras.
  • Taon : la sale bête qui pique.
Tu as un taon sur le bras, il va te piquer.
leçon n° 
47

le pluriel des mots simples

1. Les noms en -ail font leur pluriel en -ails.

Exceptions : bail, corail, soupirail, travail, vantail, vitrail, qui font leur pluriel en -aux.

⇨ ail fait au pluriel aulx, mais en termes de botanique on dit également des ails.

2. Les noms en -al font leur pluriel en -aux.

Exceptions : bal, cal, carnaval, cérémonial, chacal, festival, récital, régal... qui font leur pluriel en -als.

⇨ idéal fait au pluriel idéals ou idéaux.

3. Les noms en -au, -eau et -eu prennent un x au pluriel.

Exceptions : landau, sarrau, bleu, pneu, émeu, lieu (poisson), qui prennent un s.

4. Les noms en -ou font leur pluriel en -ous.

Exceptions : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou, qui prennent un x.
leçon n° 
48

le pluriel des noms composés

Là ça se corse... Je vais essayer de faire simple.

1. Noms composés s’écrivant en un seul mot
Le dernier élément prend seul la marque du pluriel :
  • des bonheurs, des portefeuilles...

Exceptions : mesdames, mesdemoiselles, messieurs, messeigneurs, bonshommes, gentilshommes.

2. Deux noms, adjectif + nom ou deux adjectifs

Les deux mots prennent la marque du pluriel :
  • une porte-fenêtre, des portes-fenêtres
  • un rouge-gorge, des rouges-gorges
  • un oiseau-mouche, des oiseaux-mouches
  • un sourd-muet, des sourds-muets...

3. Nom + adjectif
Ce n’est alors pas un nom composé et on ne met donc pas de trait d’union entre les deux : des gardes champêtres, des châteaux forts...

Exceptions : des coffres-forts, du fer-blanc...

Grand, franc : si le premier élément est grand ou franc, il ne prend la marque du pluriel qu’au masculin :
  • un grand-père, des grands-pères
  • une grand-mère, des grand-mères
  • un Franc-Comtois, des Francs-Comtois
  • une Franc-Comtoise, des Franc-Comtoises...

4. Nom complété d’un autre nom
Le premier seul prend la marque du pluriel :
  • un chef-d’oeuvre, des chefs-d’oeuvre
  • un bouton-d’or, des boutons-d’or
  • un timbre-poste, des timbres-poste
  • une pomme de terre, des pommes de terre
  • un hôtel de ville, des hôtels de ville

Exceptions : pot-au-feu, rez-de-chaussée... sont invariables.

5. Verbe + un complément
Le nom seul varie, à moins que le sens ne s’y oppose :
  • un tire-ligne, des tire-lignes

mais :
  • un faire-part, des faire-part
  • un gratte-papier, des gratte-papier
  • un porte-plume, des porte-plume
  • un porte-clefs, des porte-clefs
  • un réveille-matin, des réveille-matin...

Mots composés avec garde
Si le nom composé désigne une personne, garde est alors considéré comme un nom (gardien) : des gardes-chasse

Si le nom composé désigne un objet, garde est alors un verbe (invariable) : des garde-fous
leçon n° 
49

notre / nôtre

  • Notre sans accent est un adjectif possessif (donc suivi d’un substantif)
Notre maison est belle, tu veux voir notre chien ?
  • Nôtre avec accent est un pronom possessif
Le nôtre est plus beau, essaye le nôtre

Idem pour votre / vôtre.
leçon n° 
50

Suite à

« Suite à » n’est pas admis par le Petit Robert, il faut utiliser « A la suite de ».

Dans « les Nouvelles difficultés du Français moderne », Joseph Hanse l’admet dans le cadre commercial uniquement (Suite à votre lettre du... Suite à votre commande...) mais le déconseille néanmoins.

On lui préfèrera donc « A la suite de ».
leçon n° 
51

C'est moi qui / c'est toi qui

Encore une erreur classique de Discussions...
C’est toi qui est le plus lourd... FAUX !
C’est toi qui es le plus lourd... CORRECT !

La règle est simple :
  • C’est moi qui = je
  • C’est toi qui = tu
  • C’est lui/elle qui = il/elle

→ C’est moi qui ai gagné (j’ai gagné)
→ C’est toi qui es la plus belle (tu es la plus belle)
→ C’est elle qui est la plus folle (elle est la plus folle)

C’est moi qui suis le plus intelligent (et non qui est)
C’est moi qui vais (et non va)
C’est moi qui essaye (et non essayes)
C’est moi qui dis (et non dit)
C’est toi qui as raison (et non a)
C’est toi qui peux (et non peut)
leçon n° 
52

Tache / tâche

  • Tache sans accent : tache sur un vêtement, tache d’encre...
  • Tâche : une chose à faire (task en anglais).
leçon n° 
53

Singulier / pluriel ?

Quand le nombre est inférieur à deux, on est toujours au singulier.

1 million
1,5 million
1,9999 million
2 millions
leçon n° 
54

Plutôt / plus tôt

Encore deux homophones...

  • Plutôt = de préférence. → Tu veux une prune ? Plutôt une fraise.
  • Plus tôt = moins tard, avant, à l’avance. → Il est parti plus tôt que prévu.
leçon n° 
55

etc.

« Et caetera » sous sa forme abrégée « etc.' ne doit jamais être suivi de points de suspension puisque ceux-ci signifient en effet eux-mêmes et caetera.
Il s’agit donc d’un pléonasme.
leçon n° 
56

Français <> français

  • L’habitant : Français avec majuscule.
→ Chauvin comme un Français.
  • L’adjectif : français avec minuscule
→ le concorde était un avion français.
  • La langue : français avec minuscule
→ Il parle très mal français.

Idem pour toutes les langues bien entendu...
leçon n° 
57

Les verbes se terminant par /endre/

Les verbes dont la terminaison se prononce /endre/ se terminent par -endre : reprendre, vendre, apprendre
⇨ 2 exceptions : épandre et répandre.
leçon n° 
58

n devient m

Devant m, p et b : on remplace la lettre n par m : tomber, plomber...
⇨ exceptions : bonbon, bonbonnière, bonbonne, embonpoint, néanmoins.
leçon n° 
59

les verbes commençant par 'ag'

Les verbes commençant par « ag » ne prennent qu’un g : agrandir
⇨ 3 exceptions : aggraver, agglomérer, agglutiner
leçon n° 
60

les pièges !

alléger ⇨ alourdir
barrique ⇨ baril
bonhomme ⇨ bonhomie
charrette ⇨ chariot
coller ⇨ accoler
concurrent ⇨ concourir
courrier ⇨ courir
folle ⇨ affoler
fourmiller ⇨ fourmilière
honneur ⇨ honorer
hutte ⇨ cahute
imbécillité ⇨ imbécile
siffler ⇨ persifler
sonner ⇨ sonore
souffre (je souffre) ⇨ soufre (ça sent le soufre)
souffler ⇨ boursoufler
vallon ⇨ dévaler