leçon n° 
21

peut-être / peut être

  • peut-être avec trait d’union = sans doute, probablement.

  • peut être sans trait d’union = pouvoir être.
Ce garçon peut être agressif quand il a bu !
leçon n° 
22

a / à

Très simple :
Si on peut remplacer le « a » par avait, il s’agit alors d’un verbe, il ne faut donc pas d’accent. Sinon on met un accent.

Il a menti → on peut dire « il avait menti » → pas d’accent.
Je pense à Lorelei → on ne peut pas dire « Je pense avait Lorelei » → un accent.
leçon n° 
23

tout / tous

  • tout représente quelque chose d’entier, une unité :
Il a tout pris, j’ai tout essayé, tout est à refaire
(il a pris le tout, j’ai essayé le tout, le tout est à refaire)

  • tous distingue chaque unité dans un ensemble, comme si on les comptait.
Ils sont tous partis (jusqu’au dernier), ils ont tous redoublé

  • toux est le début de la maladie :D
leçon n° 
24

quelle / qu'elle

Assez simple aussi.
  • Si on peut remplacer par « que elle » alors c’est « qu’elle ».
  • « Quelle » en un mot est le féminin de « Quel »
leçon n° 
25

leur / leurs

1. Quand il s’agit d’un adjectif possessif
(mon ton son ma ta sa mes tes ses notre votre leur nos vos leurs), on accorde avec le(s) substantif(s) qui sui(ven)t
⇨ C’est leur chien - Ce sont leurs chats

2. Quand il s’agit d’un pronom personnel (= à eux), pas de « s »
⇨ Je leur parle, l’argent qu’ils leur ont volé
leçon n° 
26

les 3 mots qui changent de genre

Il existe en français 3 mots qui sont masculins au singulier et deviennent féminins au pluriel... si si :)

  • amour
  • orgue
  • délice
leçon n° 
27

les fautes d'orthographe trop fréquentes

  • Abréviation : un seul « b »
  • Acompte : un seul « c »
  • Annuler : un seul « l »
  • Connexion et non connection
  • Développer : un « l » deux « p »
  • Etymologie : pas de « h »
  • Langage et non language
  • Mille : jamais de « s »

  • Raisonner : réfléchir, faire appel à la raison
  • Résonner : résonance (un seul « n ») d’un son, d’un bruit
leçon n° 
28

Les pléonasmes

Prévoir à l’avance
Comparer entre eux
Collaborer ensemble
Monopole exclusif
Une heure de temps
Panacée universelle
Apanage exclusif
Reculer en arrière
Prédire l’avenir
Monter en haut
Descendre en bas (sauf s’il s’agit de bas en nylon) [:pt1cable:][:pt1cable:]
leçon n° 
29

fois / foie / foi

  • Fois : quand on compte (1 fois, 2 fois)
  • Foie : l’organe du corps.
  • Foi : la croyance, la conviction (religieuse par exemple)...
Dieu m’a donné la foi chantait l’autre p...
leçon n° 
30

au / chez

Simple :
  • Chez : on dit Je vais chez le dentiste, je vais chez le coiffeur, je vais chez le médecin... parce que ce sont des personnes.
  • Au : je vais au garage, je vais au supermarché, je vais au bowling... parce que ce ne sont pas des personnes...
leçon n° 
31

les belgicismes

Il y en a trop, il y en a qui sont des régionalismes, qui sont aussi utilisés dans l’extrême nord de la France mais pas ailleurs...

  • Tapis plain : moquette
  • Feu ouvert : cheminée (à l’intérieur, âtre)
  • Drache : forte pluie
  • Brosser : sécher (les cours)

Inutile de réinventer la roue, voici un site qui en parlera mieux que moi :

http://membres.lycos.fr/belgicismes/

Attention quand-même que cette liste contient des termes qui ne sont utilisés que dans certains villages ou certaines villes et que la majorité de la population belge ne comprendra pas...
leçon n° 
32

Abréviation de Monsieur

Monsieur dans sa forme abrégée s’écrit
M.
et non
Mr
qui est l’abréviatioon de « Mister »
leçon n° 
33

l'alternative

L’alternative = l’autre choix possible.

Quand vous dites
« Vous pouvez prendre le bus »
« Une autre alternative serait de prendre le train »
ou bien
« Une alternative serait de prendre le train »

vous faites une erreur, il faut dire
« L’alternative serait de prendre le train »

parce qu’il ne peut y avoir plus d’une alternative.
leçon n° 
34

si + rais

Si, quand il exprime une condition, ne doit jamais être suivi du conditionnel (-rais).

Si j’avais su, je ne serais pas venu
et non
Si j’aurais su, je ne serais pas venu.

Donc
  • Je le ferais si j’aurais le temps.
  • Si j’aurais de l’argent, j’achèterais une Ferrari
  • Je parlerais mieux si j’aurais pas séché les cours
sont tous des fautes !

Pourtant, la règle qu’enseignent certains « Jamais de -rais après un si » est incorrecte.
Il existe en effet certains cas où un si sera suivi d’un conditionnel (-rais) quand le si n’exprime pas une condition.

  • Je lui ai demandé si elle serait d’accord de m’aider.
leçon n° 
35

COD / COI

C’est à dire complément d’objet direct / complément d’object indirect.

On l’a vu dans la leçon 7 : le verbe conjugué avec avoir s’accorde avec le COD si celui-ci est placé devant.
2 exemples

  • J’ai mangé une pomme (mangez des pommes !)
⇨ La pomme que j’ai mangée
Le COD est ici « que » qui remplace « pomme » nom féminin. « Que » est devant, donc on accorde.
  • J’ai planté mes disques durs.
⇨ Les disques durs que j’ai plantés
Le COD est ici « que » qui remplace « disques durs » masculin pluriel. « Que » est devant, donc on accorde.

Pourquoi dès lors n’y a-t-il pas d’accord dans les phrases suivantes ?
  • La femme à qui j’ai parlé
  • Les femmes auxquelles j’ai pensé
  • Les femmes dont j’ai rêvé

Parce que qu’il n’y a pas ici de COD mais des COI, des compléments d’objet indirect !
Or, le participe passé conjugué avec avoir s’accorde avec le COD (et non le COI) si celui-ci est placé devant.

Comment distinguer COD et COI ?
Remettons les phrases sous une forme plus simple :
  • J’ai mangé la pomme ⇨ COD
  • J’ai planté les disques durs ⇨ COD
  • J’ai parlé à la femme ⇨ COI
  • J’ai pensé aux femmes ⇨ COI

C’est donc le « à » ou « aux » ou « dont » (la préposition) qui fait toute la différence entre le COD et le COI !
leçon n° 
36

Autant pour moi / Au temps pour moi

Le débat a été long et houleux.
Laissons trancher les spécialistes :

http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#au_temps

Il est impossible de savoir précisément quand et comment est apparue l’expression familière au temps pour moi, issue du langage militaire, où au temps ! se dit pour commander la reprise d’un mouvement depuis le début (au temps pour les crosses, etc.). De ce sens de C’est à reprendre, on a pu glisser à l’emploi figuré. On dit Au temps pour moi pour admettre son erreur et concéder que l’on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis leur début.

L’origine de cette expression n’étant plus comprise, la graphie Autant pour moi est courante aujourd’hui, mais rien ne la justifie.

leçon n° 
37

La femme à mon père / la femme de mon père

  • « à » marque l’appartenance après un verbe :
Cette chienne appartient à mon père
  • « à » peut aussi être utilisé devant un pronom :
Une combine à eux, une habitude bien à elle
  • « de » doit être utilisé entre deux noms, jamais « à » :
La femme de mon père, la voiture de ma mère, l’ordinateur de ma soeur, un ami de mon frère.
leçon n° 
38

deuxième / second

Contrairement à ce que prétendent certaines personnes, il n’y a pas de différence entre deuxième et second, on peut les utiliser indifféremment.

La règle qui veut qu’on n’utilise second que s’il n’y a pas de troisième (donc dans une liste de deux éléments, pas un de plus) est totalement fausse !
leçon n° 
39

Euro / centime

1. Euro prend « s » au pluriel, il n’est pas invariable.
  • 1 euro, 10 euros

2. Euro ne prend de majuscule qu’en début de phrase, comme tout autre nom commun.

3. Un centième d’euro s’appelle « centime », pas « cent »

4. Arrêtez de dire vingt zeuros ou cent zeuros !
Vingt et cent finissent par « t »
Dites donc vingt teuros ou cent teuros.
leçon n° 
40

Noms de localités commençant par 'Le'

Le Havre, Le Mans

Quand elles sont précédées de « à », il y a contraction.

  • Je vais au Havre, je vais au Mans.
et non
  • Je vais à le Havre, je vais à le Mans.