leçon n° 
161

Faire ou ne pas faire long feu ?

Faire long feu : échouer
  • Autrefois, quand on mettait le feu aux poudres d’un canon ou d’un mousquet et que l’amorce faisait long feu (brûlait trop lentement), le projectile n’était pas projeté à temps et on manquait la cible -> Ne pas atteindre son but, échouer, ne plus produire son effet, ne plus prendre.
⇨ Son plan d’évasion semblait parfaitement au point, mais il a fait long feu.

Ne pas faire long feu : ne pas durer longtemps
L’un n’est pas l’inverse de l’autre, ils sont relativement proches (mais pas synonymes, ça reste deux notions différentes).
⇨ A peine arrivé, ce forumeur a osé insulter le dieu Marc. Il n’a pas fait long feu !
leçon n° 
162

Public / Publique

  • Public : substantif.
L’ensemble de la population, la masse des gens, la foule.
⇨ Interdit au public.
⇨ Tout à coup, le public s’est mis à lancer des tomates vers Lara Fabian.

  • Public, publique : adjectif.
D’État, qui est sous contrôle de l’État, qui appartient à l’État, qui dépend de l’État, géré par l’État.
⇨ Un établissement public.
⇨ Une école publique.
⇨ Une fille publique.
leçon n° 
163

La conjugaison

Petite leçon qui, comme d’habitude, servira moins aux habitués du forum (qui connaissent déjà) qu’aux visiteurs moins réguliers :

http://www.leconjugueur.com/

Comme on n’a pas toujours son Bescherelle sous la main, ce site le remplacera très avantageusement. Entrez un verbe, tapez sur « Conjuguer » et zou...
leçon n° 
164

La concordance des temps

Allez bande de larves, une bonne grosse leçon bien indigeste. :p

La concordance des temps, c’est la relation entre le temps de la proposition principale et de la subordonnée.

1. Concordance des temps commandée par le sens
Il s’agit de traduire la relation chronologique.
⇨ Je crois qu’elle est folle de moi. (présent)
⇨ Je crois qu’elle était folle de moi. (imparfait)
⇨ Je crois qu’elle sera folle de moi. (futur)

Les temps composés expriment l’antériorité par rapport à un moment donné (passé ou à venir), mais accompli.
  • Je te raconte ce que je vois (simultanéité)
  • Je te raconte ce que j’ai vu (antériorité, fait accompli)
  • Je te racontais ce que je voyais (simultanéité)
  • Je te racontais ce que j’avais vu (antériorité dans le passé, fait accompli)
  • Je te raconterai ce que je verrai (simultanéité),
  • Je te raconterai ce que j’aurai vu (antériorité dans le futur, fait accompli)
  • Il partit dès qu’il entendit le signal (simultanéité)
  • Il partit dès qu’il eut entendu le signal (antériorité dans le passé, fait accompli).

2. Concordance des temps obligatoire
Dans certains cas, la relation entre les temps est une certitude grammaticale.
  • futur -> futur antérieur
  • conditionnel -> conditionnel passé
⇨ Il est convenu qu’on vous préviendra (futur) dès qu’une décision aura été prise (futur antérieur).
⇨ Il était convenu qu’on vous préviendrait (conditionnel) dès qu’une décision aurait été prise (conditionnel passé).

  • présent -> passé composé
  • imparfait -> plus-que-parfait
⇨ Je fais ce que je veux (présent + présent),
⇨ Il faisait ce qu’il voulait (imparfait + imparfait).
⇨ Je crois que je me suis trompé (présent + passé composé),
⇨ Il croyait qu’il s’était trompé (imparfait + plus-que-parfait).

3. Concordance des temps au subjonctif
  • Quand le verbe de la principale est au présent ou au futur, celui de la subordonnée est au subjonctif présent :
⇨ Je crains qu’il ne soit trop tard. (présent + subjonctif présent)

  • Quand le verbe de la principale est à un temps du passé (récit), celui de la subordonnée est à l’imparfait du subjonctif :
⇨ Je craignais qu’il ne fût trop tard (imparfait + imparfait du subjonctif).

  • Pour exprimer l’aspect accompli dans la subordonnée, on emploie soit le passé, soit le plus-que-parfait du subjonctif :
⇨ Je crains que mes paroles n’aient été mal interprétées (présent + passé du subjonctif).
⇨ Il craignait que ses paroles n’eussent été mal interprétées (imparfait + plus-que-parfait du subjonctif).

Remarques
Dans la langue courante, on emploie souvent le présent ou le passé composé du subjonctif au lieu de l’imparfait ou du plus-que-parfait de ce mode, c’est à dire qu’on se borne à exprimer l’opposition entre le non accompli et l’accompli :
⇨ J’avais peur qu’il soit trop tard (subjonctif présent = non accompli).
⇨ il avait peur que ses paroles aient été mal interprétées (passé du subjonctif = accompli).

Même dans la langue soignée, l’imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif ne sont guère usuels qu’à la 3e personne (sauf pour être et avoir, où toutes les personnes peuvent s’employer):
  • Je craignais que vous n’arriviez en retard (subjonctif présent).
et non :
  • Je craignais que vous n’arrivassiez en retard (imparfait du subjonctif).

Source : http://www.francite.net/education/cyberprof/page189.html
leçon n° 
165

Dictionnaire orthographique en ligne

Après le site de conjugaison, en voici un autre qui vous permettra de vérifier l’orthographe d’un mot de manière plus fiable que Google !

http://cnrtl.fr
leçon n° 
166

Aucun / Aucuns / Aucune / Aucunes

  • On entend parfois dire qu’aucun est invariable. C’est une grave erreur (si si !).

⇨ Je n’ai aucun amant.
⇨ Je n’ai aucune envie.

Déjà ici, on se rend compte qu’il varie.

  • De plus, aucuns, aucunes s’emploie lorsque le nom qu’il accompagne n’a pas de singulier.
⇨ Il n’y a bien entendu aucuns frais à prévoir dans notre formule all inclusive.
⇨ Il n’y a aucunes funérailles prévues cette semaine, mais qui sait...

  • On trouve aussi « D’aucuns » qui signifie « Certains ».
⇨ D’aucuns prétendent que les femmes doivent rester à la cuisine.
leçon n° 
167

Trop

Encore une leçon que je n’aurais a priori pas crue nécessaire...
Pourtant quand on additionne les « trops forts », « trops grands », « trops bons », « trops longs » etc. qu’on trouve sur Google, on arrive à plusieurs milliers !

« Trop » est invariable !
⇨ T’as vu les meufs ? Elles sont trop bonnes.
⇨ Elles sont trop nombreuses.
⇨ Putain, ces joueurs, ils sont trop forts.
leçon n° 
168

- - - supprimée - - -

Leçon supprimée
leçon n° 
169

MSKLC : personnalisez votre clavier

Parce qu’il est fastidieux d’essayer de retenir
Ç = Alt 128
œ = Alt 0156
© = Alt 184
® = Alt 169
...

Microsoft nous a fait un petit outil très utile : MSKLC.
C’est bien Microsoft qui l’a créé, pas antp [:sifflotte][:sifflotte]

antp nous a fait un superbe topik que vous pouvez consulter ici : http://forum.hardware.fr/hardwarefr/WindowsSoftwareReseaux/sujet-180317-...
leçon n° 
170

Accents sur les majuscules

Quant à l’utilisation des accents sur les majuscules, il est malheureusement manifeste que l’usage est flottant.

Il convient cependant d’observer qu’en français, l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la lecture, fait hésiter sur la prononciation, et peut même induire en erreur.
⇨ ILLUSTRE/ILLUSTRÉ
⇨ BISCUITS SALES / BISCUITS SALÉS

On veille donc, en bonne typographie, à utiliser systématiquement les capitales accentuées.

Il en va de même pour le tréma et la cédille.
leçon n° 
171

Citations latines

Certes, des expressions comme « alea jacta est », « panem et circenses », « mutatis mutandis », « quid quixit », « ab intestat » sont assez connues, mais si je vous traîte de « servum pecus », devez-vous m’insulter ou me remercier ?

Ce site reprend plus de 6000 expressions latines et les explique : http://www.abnihilo.com
leçon n° 
172

Affaire / à faire

  • à faire
⇨ J’ai du travail à faire.
⇨ Il aura fort à faire pour rattraper son retard.

  • affaire
⇨ Si tu t’attaques à elle, tu auras affaire à forte partie.
⇨ Continue comme ça et tu vas avoir affaire à moi !
leçon n° 
173

Par acquit de conscience

  • acquis = acquérir
⇨ Bien mal acquis ne profite jamais.

  • acquit = action d’acquitter
⇨ Par acquit de conscience. (!!!)


Fallait-il encore une preuve que les résultats d’une recherche Google ne sont pas fiables en matière d’orthographe ?
« Par acquit de conscience » (correct) : 570
« Par acquis de conscience » (incorrect) : 2040

leçon n° 
174

Les appas d'une femme

Appas et Appâts ne sont pas synonymes.

  • appas : attraits, charmes d’une femme (toujours au pluriel)
⇨ Avec de tels appas, aucun homme ne lui résiste.

  • appâts : pâture utilisée pour la pêche.
⇨ Avec de tels appâts, aucun poisson ne me résistera.
leçon n° 
175

Numérique / digital

L’anglais employant « digit » pour « chiffre » a logiquement formé « digital ».
Mais, en français, « numérique » est préférable.
⇨ On m’a volé mon appareil photo numérique.
⇨ J’ai raccordé mon DVD à mon ampli par une connexion numérique.

On préfèrera également « numériser » à « digitaliser ».
⇨ J’ai passé deux heures à numériser ce document.
⇨ J’ai enfin numérisé les diapositives de nos dernières vacances.

« Digital » a en français un sens beaucoup plus proche de « doigt ».
⇨ Le policier a pris mes empreintes digitales.
leçon n° 
176

près de / prêt à

Encore une faute beaucoup trop fréquente...

  • « Je suis près de finir mon travail » : Je suis sur le point de le finir. « Près » exprime ici une proximité temporelle. près est un adverbe (donc invariable), il est toujours suivi de la préposition « de ».
⇨ Tu n’es pas près d’emballer une gonzesse avec tes méthodes de drague.
⇨ Elle n’est pas près d’être riche avec ce qu’elle flambe !

  • « Je suis prêt à finir mon travail » : Je suis disposé à le finir. prêt exprime une capacité, une condition propice ; c’est un adjectif, généralement utilisé comme attribut (donc il s’accorde en genre et en nombre), et il est toujours suivi de la préposition « à ».
⇨ Je suis prêt à te donner une seconde chance.
⇨ Elle est prête à partir.

- « Elle n’est pas prête de finir son travail » est donc totalement incorrect !
leçon n° 
177

Envi / envie

  • Envie : souhait, désir... voire jalousie.
⇨ Il vaut mieux faire envie que pitié.
⇨ Pas ce soir, je n’ai pas envie...
⇨ Je ne résiste que difficilement à l’envie de chocolat.

  • Envi : uniquement dans l’expression à l’envi : à qui mieux mieux, à qui veut l’entendre.
⇨ Il répète à l’envi qu’il est un coup extraordinaire.
leçon n° 
178

Attention / intention

Attention : soin

  • Action de concentrer son esprit sur un objet, sur un fait.
⇨ L’attention des petites stagiaires était maintenue durant toute la session.
⇨ J’attire votre attention sur ce point.

  • Prévenance, soins attentifs envers autrui.
⇨ Elle a toujours fait preuve d’une grande attention à mon égard.

  • On trouve attention dans plusieurs locutions :
⇨ Faire attention à : prendre garde de.
⇨ Avec attention : avec concentration, avec application.
⇨ À l’attention de : formule en haut d’une lettre ou sur une enveloppe pour en désigner le destinataire.

Intention : but

  • Intention s’emploie au sens général de « acte de la volonté par lequel on se fixe un but » : préméditation, but, dessein, arrière-pensée, volonté, objectif, etc.
⇨ Avoir de bonnes, de mauvaises intentions.
⇨ Il nous expose ses intentions dans le document qu’il vous a remis.

  • On trouve intention dans plusieurs locutions :
⇨ Avoir l’intention de : avoir le projet de.
⇨ Dans l’intention de : en vue de.
⇨ À l’intention de..., à son intention : pour.
⇨ Le directeur a prononcé un discours à l’intention des nouveaux arrivés.

L’usage veut que l’on emploie à l’attention de pour le destinataire d’une lettre, d’un document. Mais à l’intention de pourrait également convenir puisque la locution signifie « pour ».
leçon n° 
179

Laisse le gorille tranquille

Ces deux mots sont massacrés par pas mal de beaufs gens en Belgique.

  • « Gorille » se prononce /gorie/ et non /goril/
  • « Tranquille » se prononce /trankil/ et non /trankie/

Et tant qu’à faire...
  • « Cobaye » se prononce /kobaye/ et non /kobée/
  • « Klaxon » finit comme « Carcassonne » et non comme « fellation »
  • « Wagon » se prononce /vagon/ et non /ouagon/

Mais pour cette dernière, j’émets une réserve, parce que la tendance à remplacer en Belgique tous les « w » par des « v » vous fait passer pour un snob-prout-prout-ma-chère.
  • Et puis un Wallon, c’est un /ouallon/ et non un /vallon/
  • Et Waterloo se dit /ouaterlo/ et non /vaterlo/

Une pour les Français par contre...
  • « Bruxelles » se dit /brusèl/ et non /bruksèl/.
leçon n° 
180

Là où le bât blesse

Erreur fréquente, faite par bien des ânes [:sifflotte][:sifflotte]
  • On écrit « le bât blesse » et non « le bas blesse ».

On trouve quand même 4330 « bas blesse » sur Google