leçon n° 
101

Encore une erreur typiquement belge

On entend trop souvent en Belgique la construction suivante, totalement incorrecte :

  • Qu’est-ce que c’est que ça pour une invention ?
  • C’est quoi ça pour une voiture ?

Cette construction est un calque sur le flamand « Wat is dat voor een... » et n’est pas correcte.
leçon n° 
102

Ils croient et non ils croyent ou ils croivent

Puisqu’il semble que l’erreur soit fréquente (je pensais que seuls les Belges osaient utiliser de telles horreurs), autant en faire une leçon.

On dit
  • Ils croient (prononcer comme « il croit » )

On ne dit surtout pas
  • Ils croyent
  • Ils croivent
leçon n° 
103

Les gens

Le genre de gens peut varier suivant la construction de la phrase.

1. Quand gens est accompagné d’un adjectif placé après lui, il est du masculin :
⇨ les gens mal informés...

2. Quand l’adjectif est placé immédiatement avant, il est du genre féminin :
⇨ les bonnes gens...
⇨ toutes les vieilles gens...

3. Dans les cas d’adjectifs ou pronoms placés avant et après gens, ceux placés avant gens prennent aussi le féminin, tandis que ceux qui le suivent restent au masculin :
⇨ toutes ces bonnes gens sont ennuyeux...
⇨ ces petites gens d’entre lesquels je suis sorti...

4. mais :
⇨ tous les gens sensés...
⇨ tous ces gens-là...
⇨ tous les braves gens...
⇨ qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens...
⇨ instruits par l’expérience, les vieilles gens sont prudents...
leçon n° 
104

Les périphrases

Procédé de style qui consiste à remplacer un mot par sa définition ou par une expression plus longue, mais équivalente.
⇨ La capitale de la France.... pour « Paris ».

VILLES, RÉGIONS, PAYS

La capitale des Gaules - Lyon
La cité des Doges - Venise
La cité des Papes - Avignon
La Cité interdite - Pékin (uniquement la cité impériale)
La cité phocéenne - Marseille
La Venise du Nord - Finalement, c’est Amsterdam et pas Bruges
La Ville éternelle - Rome
La Ville rose - Toulouse
La Ville sainte - Jérusalem
La Ville lumière - Paris
L’empire du Milieu / Le Céleste Empire - la Chine
L’île de Beauté - la Corse
La fille aînée de l’Église - la France
La Perfide Albion - l’Angleterre
La terre des dieux - la Grèce
La terre des pharaons - l’Égypte
La Terre promise - Israël
La Terre sainte - la Palestine
Le pays aux mille lacs - la Finlande
L’empire du Soleil-Levant - le Japon
Le toit du monde - l’Himalaya
Le ventre mou de l’Europe - les Balkans
Les bords sacrés où naît l’aurore - l’Est
La grande bleue - la Méditerranée
La mer de Glace - le grand glacier des Alpes françaises
La mer de sable - le désert
Le Nouveau Monde - l’Amérique
La Sublime Porte - la Turquie

LA NATURE

L’astre du jour - le Soleil
L’astre de la nuit - la Lune
L’étoile du soir, du matin, du berger - la planète Vénus
Le feu du ciel - la foudre
La fille de l’air - la mouche
La fille du ciel - l’abeille
La fille du limon - la grenouille
Les filles de la nuit - les étoiles
La grande tasse - la mer
Les larmes, pleurs, présents de l’aurore - la rosée du matin
L’oiseau d’Athéna - la chouette
L’oiseau de Junon - le paon
L’oiseau de Jupiter, le roi des oiseaux - l’aigle
L’oiseau des tempêtes - le goéland
L’oiseau de Vénus - la colombe
L’or noir - le pétrole
La planète bleue - la Terre
Le roi des animaux - le lion

HOMMES ET FEMMES CÉLÈBRES

L’Aigle de Meaux - Bossuet
L’Ami du peuple - Marat
L’éléphant de la République - E. Herriot
L’empereur à la barbe fleurie - Charlemagne
L’homme du 18 juin - le général De Gaulle
L’Incorruptible - Robespierre
La pucelle d’Orléans - Jeanne d’Arc
Le cantor de Leipzig - J.‑S. Bach
Le chevalier sans peur et sans reproche - Bayard
Le cygne de Cambrai - Fénelon
Le cygne de Mantoue - Virgile
Le divin marquis - Sade
Le grand timonier - Mao‑Tsé‑Toung
Le maire de Bordeaux - Montaigne
Le père du cinéma - Louis Lumière
Le Père la Victoire - Clemenceau
Le Petit Caporal - Napoléon Bonaparte
Le petit père des peuples - Staline
Le prince des poètes - Verlaine
Le prince des sonnettistes - Heredia
Le renard du désert - Rommel
Le Roi-Soleil - Louis XIV
Le taureau du Vaucluse - E. Daladier

L’HISTOIRE

L’Armée des ombres - la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale
L’Armée rouge - l’armée soviétique
La Belle Époque - les années 1900
Les deux Grands - les États-Unis et l’ex-U.R.S.S.
La drôle de guerre - 1939-1940
La Grande Guerre - en France la guerre de 14‑18
Les Grands - les grandes puissances
Le Grand Siècle - le XVIIème siècle français
Le siècle de Périclès - Vème siècle av. J.-C. en Grèce
Le Siècle d’or - XVIème siècle espagnol
Le siècle des Lumières - le XVIIIème siècle français
Les trente glorieuses - la forte croissance économique entre 1945 et 1975
Les Trois Glorieuses - 27, 28, 29 juillet 1830

LA SOCIÉTÉ

Le sexe fort - l’homme
Le sexe faible / Le beau sexe / Le deuxième sexe - la femme
La fille aînée des rois de France - l’Université
La fille d’Ève - la femme
La force publique / Les forces de l’ordre - la police
La grande muette - l’armée
Le Deuxième Bureau - les services de renseignements
Le grand argentier - le ministre des Finances
La première dame - la femme du chef de l’État
L’Élysée, le palais de l’Élysée - la présidence de la République
L’hôtel Matignon, Matignon - les services du Premier ministre
La place Beauveau - le ministère de l’Intérieur
La rue de Valois - le ministère de la Culture
Le 36 (quai des Orfèvres) - les bureaux de la police judiciaire
Le Palais-Bourbon - l’Assemblée nationale
Le Palais Brognlart - la Bourse
Le palais du Luxembourg - le Sénat
Le Quai d’Orsay - le ministère des Affaires étrangères
La Maison Blanche - la présidence des États-Unis
Le quatrième pouvoir - la presse
Le septième art - le cinéma
Le huitième art - la télévision
Le neuvième art - la bande dessinée
La vieille dame du quai Conti - l’Académie française

source : http://membres.lycos.fr/clo7/grammaire/grammair.htm
leçon n° 
105

Bimensuel / bimestriel / quinzomadaire

  • Bimensuel signifie deux fois par mois.
  • Bimestriel signifie tous les deux mois.
  • Quinzomadaire n’existe pas !

Histoire d’être complet :
  • quotidien : tous les jours.
  • hebdomadaire : toutes les semaines.
  • mensuel : tous les mois.
  • trimestriel : tous les 3 mois.
  • semestriel : tous les 6 mois.
  • annuel : chaque année.
leçon n° 
106

le "de" nobiliaire

1. La particule de placée devant les noms de famille marque le plus souvent l’origine. Elle n’apparaît que lorsque le nom est précédé d’un prénom ou d’un titre (monsieur, madame, marquis, abbé, général...)
⇨ Jean de La Fontaine.
⇨ Le marquis de Sade.
⇨ Madame de Sévigné.

2. Lorsque le nom est employé sans prénom ou sans titre, le de n’est pas maintenu.
⇨ La Fontaine est également connu pour ses contes licencieux.

3. Mais de est maintenu par usage devant certains noms d’une seule syllabe et devant certains noms de famille commençant par une voyelle.
⇨ De Gaulle a rassemblé les résistants autour de lui.
⇨ Quand d’Artagnan reviendra, il vous embrochera !

4. On écrit normalement cette particule avec une minuscule. Toutefois, si elle est précédée de la préposition de, la majuscule permet de distinguer les deux de.
⇨ Les mémoires de Charles de Gaulle.
⇨ Les mémoires de De Gaulle.
leçon n° 
107

Y

1. Le pronom « y » est le plus souvent l’équivalent d’un complément introduit par la préposition « à ».
⇨ Il est passé à la poste..... Il y est passé.
⇨ L’entreprise gagnerait à déployer ses activités..... L’entreprise y gagnerait.

1b. « Y » peut également représenter un complément de lieu introduit par une autre préposition.
⇨ Il est allé chez le médecin..... Il y est allé.

2. Place du pronom
« Y » vient toujours après les autres pronoms compléments.
⇨ Il les y conduira.
⇨ Elle préfère ne pas s’y fier.
⇨ Nous ne nous y attarderons pas.

2b. Même à l’impératif, cet ordre est respecté.
⇨ Conduisez-les-y. (et non conduisez-y-les).
⇨ Attardons-nous-y un instant. (et non attardons-y-nous).

2c. Les pronoms des premières personnes du singulier (me, te) s’élident devant y.
⇨ Fie-t’y (et non fie-toi-z-y).

3. « Où » et « y »
Le pronom relatif « où » représente également un complément introduit par « à ». On évitera donc les redondances avec « où » et « y » quand ils représentent le même terme.
⇨ C’est la ville où ils ont habité pendant plusieurs années (et non « où ils y ont habité »).
leçon n° 
108

On / L'on

On trouve parfois le pronom on précédé de l’article élidé l ».

1. Pour éviter deux voyelles orales
  • L’article l » sert à éviter le rapprochement à l’oral de deux voyelles, plus particulièrement quand « on » suit « et », « ou », « où », « pourquoi », « qui », « quoi », « si ».
⇨ Si l’on tient compte de tous les avis, il est possible de satisfaire tout le monde.
⇨ C’est un endroit où l’on se sent très bien.

2. Pour éviter le son « con »
  • L’article se place devant « on » si ce dernier suit « que » et ses composés « lorsque », « puisque », « quoique » pour éviter le son « con »
⇨ Quoi que l’on en dise, les résultats ne sont pas si mauvais. (mieux que quoi qu’on en dise).
⇨ Il est difficile de s’arrêter lorsque l’on a commencé jeune. (mieux que lorsqu’on a commencé).

  • L’article est plus fréquent encore si le mot qui suit on commence lui-même par le son « con ».
⇨ Puisque l’on compare deux situations différentes. (mieux que puisqu’on compare).

MAIS On n’emploiera pas l » si le mot qui suit commence par l.
⇨ Si on lit ce texte à voix haute. (et non si l’on lit ce texte).

La présence de l’article l’ devant on n’a rien d’obligatoire et elle est plus fréquente dans l’usage soutenu que dans le registre courant. Il s’agit d’une trace de l’ancien français
leçon n° 
109

Ça / Cela

Ça peut remplacer cela dans tous ses emplois, mais il est moins soutenu.
⇨ Ça ne se fait pas (ou mieux : cela ne se fait pas).

Il est plus difficile de remplacer « ça » dans l?expression « Ça va ? »
leçon n° 
110

Prendre à témoin

L’usage veut que témoin reste invariable dans l’expression prendre à témoin.
⇨ Il avait pris ses collègues à témoin de l’injustice dont il se sentait victime.
⇨ Il les a pris à témoin.
leçon n° 
111

Nu des pieds à la tête

L’usage veut que l’on laisse « nu » invariable dans les locutions adverbiales nu-tête et nu-pieds.
⇨ Elle aime marcher nu-pieds sur le sable chaud des plages.
⇨ On la voit rarement sortir nu-tête : elle porte toujours un chapeau.

Quand nu suit pieds ou tête, l’accord se fait normalement.
⇨ Elle aime marcher pieds nus sur le sable chaud des plages.
⇨ On la voit rarement sortir tête nue : elle porte toujours un chapeau.
leçon n° 
112

L'état de droit

Bien que l’erreur soit fréquemment commise, état s’écrit sans majuscule dans l’expression état de droit, puisque l’acception de ce mot est « situation » (comme dans état de nature, état d’urgence, état de siège...) et non « corps politique » (comme dans État souverain, État démocratique...)
leçon n° 
113

Le plus / La plus

  • Devant les adverbes « plus » et « moins », suivis d’un adjectif, l’article le reste invariable quand on compare les différents degrés d’une qualité d’un même être ou d’un même objet :
⇨ C’est aujourd’hui qu’elle est le plus aimable
(si on compare son amabilité d’aujourd’hui à celle des autres jours).

  • L’article, par contre, s’accorde lorsque l’on compare des êtres ou des objets distincts :
⇨ Aujourd’hui elle est la plus aimable.
(si on la compare aux autres personnes de son entourage).
leçon n° 
115

Espèce de s...

On en a déjà parlé, mais ça n’a pas fait l’objet d’une leçon.

« Espèce » est un nom commun féminin, comme « sorte ».
⇨ Une sorte de nymphomane m’est tombée dessus.
⇨ Une espèce de nymphomane m’est tombée dessus.

Espèce ne s’accorde donc pas avec le terme qui suit.
⇨ Une espèce de fou (et non un espèce de fou)
⇨ Une espèce de folle
leçon n° 
116

Ceci / Cela

« Ceci » et « cela » ne s’emploient pas indifféremment.
  • ceci fait référence à ce qui va suivre,
  • cela fait référence à ce qui précède.

On dira donc :
  • « Je vais te dire ceci » et non « Je vais te dire cela »

On dira par contre :
  • « Cela dit » et non « Ceci dit »
leçon n° 
117

Apporter / Amener

  • Apporter s’utilise avec les choses qu’on peut porter, transporter, ce qui peut tenir dans la main.
⇨ N’oublie pas d’apporter une bonne bouteille.

  • Amener s’utilise avec les personnes, les animaux et les véhicules.
⇨ N’oublie pas d’amener ta soeur
leçon n° 
118

Participer à / Participer de

  • « Participer à » signifie « Prendre part à ».
⇨ Le PSG a-t-il une chance de participer à la Ligue des clubs champions cette année ?
⇨ Tu as déjà participé à une partouze ?

  • « Participer de » signifie « Faire partie de ».
⇨ La laïcité participe des fondements de la République.
leçon n° 
119

Année-lumière

L’année lumière exprime une distance, pas une durée !
Une année-lumière représente 9 460 895 208 536 470 mètres

On dira donc
⇨ Pfff, il habite au moins à une année-lumière, mes propulseurs vont encore chauffer.

On ne peut pas dire
⇨ Ce type est resté en cryo sur pluton pendant plus d’une année-lumière.
leçon n° 
120

Pas d'accent sur les mots suivants

  • appas (attraits), assener,
  • bateau, Benelux, boiter, boiteux,
  • ça (de cela), chalet, chapeau, chapitre, cime, cote (de coter), coteau, cotre, credo, cru (vin), cru (de croire), cyclone,
  • dessablement, dessaisir, desservir, diesel, diffamer, drainer, drolatique,
  • express,
  • faine, fantomatique, fibrome, futaie, futaille,
  • gaiement, gaine, genet (cheval), gnome, goitre, gracier, gracieux, gracile,
  • hache, haler (tirer), havre,
  • indu, infamant, infamie,
  • jeun (à), jeune (de jeunesse),
  • manne (nourriture), mat (terne, échecs), moelle, moelleux, moellon,
  • Nigeria,
  • paturon, pretentaine, psychiatre,
  • racler, ratisser, receler, reclus, repartie (réponse), retable, revolver, roder (user), ru, ruche,
  • sur (aigre), surir, symptomatique, syndrome,
  • tache (souillure), tatillon,
  • Venezuela, Vietnam, vilenie,
  • zone...