leçon n° 
195

Coupes sombres / coupes claires

Ces deux expressions sylvicoles sont souvent employées par la presse, notamment pour parler de restrictions budgétaires. Elles subissent alors une véritable inversion de sens, sans doute à cause de la charge funeste de l’adjectif sombre. Pour les bûcherons, une « coupe sombre » consiste à couper peu d’arbres, donc la futaie ou la forêt reste à l’abri de la lumière. Les « coupes claires » consistant à abattre moult arbres sur la même étendue, la zone boisée qui les a subies devient donc beaucoup plus claire, et même clairsemée. En d’autres termes, la coupe claire est bien plus cruelle que la sombre. C’est pourquoi, dans la hiérarchie croissante des coupes budgétaires, il devrait d’abord y avoir le sombre, puis le clair...